La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 30 mai 2009




"100 installations land art "in situ", sont présentées dans ce nouveau blog, au 30 mai 2009.


Après dix années de pratique du land art, j'ai choisi, en dehors de mes expositions habituelles de les partager avec le plus grand nombre. Le choix de ces installations ne respecte aucun ordre chronologique afin de mieux rendre compte des thèmes abordés, en toute saison et en tout lieu".

Roger Dautais



Les photographies et les textes de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter pour toute utilisation sur roger.dautais@numericable.fr

jeudi 28 mai 2009





"Le temps nous est compté, ne changez rien pour moi..."


Roger Dautais
" Rendez-vous dans l'avenir, peut-être".

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS










Les photographies et les textes de ce blog ne sont pas libres de choix. Merci de me contacter pour toute utilisation sur roger.dautais@numericable.fr




"Dans la pratique quotidienne du land art, je me sers régulièrement de ce que je trouve sur mon chemin pour créer de petites installations :ficelle, tuile, os de sèche et ce jour là, jusqu'à un bloc de béton usé par la mer, que je transforme en cathédrale de tous les vents".
Roger Dautais
" Inventaire en grève "

"Au cours de ces milliers d'installations de land art, grandes ou petites, de ces instants intenses consacrés au travail, de ces "mémoires instantanée" aussitôt disparues pour laisser place à d'autres créations, j'ai continué a tisser la trame d'une histoire, la mienne, oubliant qu' elle aurait une fin. Tout s'est accumulé au cours des dix dernières années en strates colorées. Au hazard de ce blog, je vais à la rencontre des photos qu'il me reste et vous propose de découvrir cette longue suite de documents, infinis, indéfinis, commentés ou non et qui trouveront une place auprès de mes travaux futurs. Pour le moment, cette histoire continue".

Roger Dautais

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS



"l'illusion de posséder le monde"...





Installations et photographies de Roger Dautais

LIBRE EXPRESSION

R.Dautais hiver 2007

" Il est toujours l'heure de rentrer, de partir, d'attendre, de rêver ou de travailler, de se déplacer, d'entendre la voix d'un ami, de répondre à quelqu'un, de terminer une installation et puis, la marée monte. Elle emporte l'horloge de bois flottés, un peu plus loin et met fin au jeu".

Roger Dautais
" Fin de jeu "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

"Je porte en moi, les paysages de mon enfance. Maintenant, nul ne peut les raconter à ma place. J'ai choisi de pratiquer le land art parce qu'il me permet de les retrouver".

Roger Dautais
" Breizh "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

mercredi 27 mai 2009

"Quatre saisons pour un nid d'hirondelles"...


"Je contemplais le ballet des hirondelles revenues nicher, après deux ans d'absence, devant la porte du garage. Attendre toute une année que passent les saisons, valait bien ce spectacle, même sous une pluie fine et pénétrante".

Roger Dautais
" Quatre saisons pour un nid d'hirondelles "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS



Mère et fille...








Les photographies et les textes ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter pour toute utilisation sur roger.dautais@numericable.fr

...L'échelle des jours

S'il fallait retrouver l'instant de l'étreinte, ce serait impossible. Trente années sur terre, un destin en marche et c'est tout...
Roger Dautais
" destin"

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

mardi 26 mai 2009


à Marie-Claude.
"Dis moi, tu te souviens, les dauphins au large de l'Aber Vrac'h, les bouquets de bruyère cueillis ensemble sous le crachin du cap Frehel, les dogs de Kergrist, les vents tournants du Menez hom, le chemin creux des morts, la Troménie, la voix de Glenn Mor dans la rue de la soif, nos pas sur l'île aux Moines...Ici, l'exil, une spirale tracée dans le sable que recouvrira la mer, pour rejoindre le pays...Ici, l'ailleurs qui dure depuis trop longtemps, mais ton regard bleu qui m'accompagne, comme autrefois, là-bas, au pays.

Roger Dautais
" Breizh "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

"Les dix frères du renard ont formé une ronde autour de son totem. Le soleil s'est mis en deuil et l'ombre a recouvert l'estuaire, peu à peu. Je me suis retiré avec l'image de cette scène, impossible à décrire".

Roger Dautais
" L'adieu au renard "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
"Il est toujours l'heure de rentrer, de partir, d'attendre, de rêver ou de travailler, de se déplacer, d'entendre la voix d'un ami, de répondre à quelqu'un, de se déplacer encore, et puis la marée monte, pousse les eaux écumantes entre les dunes et emporte l'horloge de bois flottés pour mettre fin au jeu, avant qu'il ne soit trop tard".

Roger Dautais
" La bonne heure "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

lundi 25 mai 2009


à Morgane...

Il y avait des roses blanches...Non, pas blanches...non pas de roses. Il n 'y avait d'autre présence qu'elle et le vent qui arrachait les fleurs de coquelicots. Juillet passait comme chaque année. Il y avait sa trace dans ma vie...dans les hautes herbes envahissant les blés et moi qui l'appelais " ici". Maintenant c'est toujours l'hiver, sans roses blanches, sans fleurs, rouge sang, dans les hautes herbes, sans elle, aussi.

Roger Dautais
" Les coquelicots "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Morgan 's cairn.
En mémoire d'elle, noire et feu...

Ici, tes pas d'autrefois...Au bout de mes doigts, ton image et la crémation d'une mémoire amnésique...puis le renouveau, gris perle, au pied du cairn. Les brandons chauds te cernent comme une couronne de souvenirs consumés...et dans le ciel...Dans le ciel, le cri d'une buse réclamant son territoire.
Roger Dautais
" Morgan's cairn "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS




"Je continue à penser que la pratique du land art peut apporter beaucoup de petits bonheurs. Encore faut-il aller les chercher là où ils se trouvent.





Dans mes geste je retrouve un parcours de vie singulier, le miens. Côtoyer des abîmes permet de se découvrir, à condition de ne pas y laisser sa peau. Si je passe toujours des heures à marcher, à contempler le paysage, c'est dans l'intention qu'avec un peu de chance, une émotion ressentie me permettra, à partir d'une simple coïncidence, de créer des rencontres entre les composants de mon installation. Je donne beaucoup de ma vie dans cette démarche. Le comprendre, c'est une des façons de me connaître et il n'y a aucun mystère là dedans".

Roger Dautais
" Citis "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
à Youenn Gwernig.
"Qui sait si je ne retrouverai pas derrière cette porte de bois, les fantômes de Kerouac et de Gwernig en goguette. Après la dernière tempête de cet hiver, la mer avait été généreuse sur toute les côtes de la Manche. La laisse de mer, telle une langue longue et humide avait apporté des morceaux de choix jusque derrière les dunes plantées d'oyats: parmi les bois flottés, une magnifique porte, vite plantée dans le sable et dressée comme un menhir, dans cet endroit désert, à l'entrée du grand trou noir : le royaume des morts. D'un côté de la médiatrice , les vivants et de l'autre côté, les disparus et leurs paroles de vent.

Je sculptais un gisant dans le sable mouillé, juste derrière la porte, avant de jouer la scène. Je suis parti des dunes, dans une marche orientée. Arrivé à la porte, j'ai frappé trois fois et je suis passé dans le trou de la porte. J'ai salué le gisant et j'ai repris ma route. J' entendais la voix de Youenn Gwernig, m'encourager de cette phrase écrite par lui, que je connais par coeur :
"Car il faut que chacun compose le poème de sa vie".
J'ai marché, marché sans me retourner, comme un aveugle emporté vers le large, dans les pas de l'exilé".

Roger Dautais
"An Toul en nor : Le trou dans la porte".

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
video

dimanche 24 mai 2009






" Tous mes travaux de land art sont spontanés et correspondent à un besoin d'expression dans l'urgence. En l'occurrence, c'est l'imminence d'un orage qui se profilait au-dessus d'un chantier désert d'autoroute qui devint l'élément " déclancheur" de l'idée. Ces guetteurs ne seraient qu'une infime partie de la fratrie élevée, la plupart du temps sur nos côtes, mais aussi , en sud Tunisie, dans le désert de pierres de Matmata où bien encore da aux portes du désert sud Marocain dans l'oasis de
Tafraoute. Dans tous les cas, il s'agit bien de trait d'union entre terre et ciel. Libre à chacun d'y découvrir un symbole" . Avant de reprendre la route, je construisais un de mes symboles préférés, a savoir une spirale inscrite dans l'immensité du long ruban de terre battue qui deviendrait, dans les mois prochains, une autoroute.

Roger Dautais
"Guetteurs d'orage "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Les photographies et les textes de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter pour toute utilisation sur roger.dautais@numericable .fr





" C'était comme ça, sur le jardin Anglais de Dinan , trois fois rien, des fétus de paille, cinq pommes assemblées sur un banc de solitude et le rêve se faisait sous mes yeux. C'était comme ça l'enfance, au jardin Anglais, entre fugues et escapades, et le bonheur d'être libre de profiter du soleil de l'été".
Roger Dautais
" l'enfance retrouvée "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

"Petite scène à rejouer sous le soleil du printemps :prendre le hasard en main et organiser la disparition éphémère d'une pierre rejoignant le fond de la rivière.
Attendre un été , sec, avec un niveau d'étiage, correct. Retrouver facilement la pierre. Attendre l'automne et la remontée des eaux. Recommencer la scène sans oublier le pot de terre vermillon
".

Roger Dautais
" Éphémère disparition"

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

samedi 23 mai 2009






"Dans ma pratique du land art en bord de mer et sur les plages, je ne fais que retrouver le terrain de jeu de mon enfance. Seuls les gestes et l'échelle des tracés ont changé.

Le territoire reste le même, ouvert à l'imaginaire. Les sables de France ou d'Afrique m'ont inspiré des spirales de toutes dimensions. Ici, j'aime courir l'estran à la recherche d'un lieu possible. Si l'on me dit " Sculpteur de l'éphémère ", je ne regrette en rien la disparition de mes travaux. la mer en est seule, propriétaire. Elle continue à en disposer, selon son rythme, aidé en cela par le vent".


Roger DAUTAIS
" Sculpter l'éphémère "
LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS


Les photographies et textes de ce blog ne sont pas libres. Merci de me contacter pour toute utilisation sur roger.dautais@numericable .fr
"Ouvrir une porte au jusant et voir partir les ferries"
Roger Dautais
" rêves en partance"

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

video



"Je suis né de ces pays blancs où la mémoire n'a plus de trace. Je suis de ces plaines en brumes où seul parvient l'écho d'une voix humaine. J'ai parcouru ces chemins creux qui s'enfoncent dans le ventre de la terre, au royaume des morts et des racines.Du soleil levant, j'attends la force d'avancer, d'écouter les ombres, de croire en la vie. Au couchant, tout disparaît, toute parole devient vaine, tout écho serait en trop. Je marche seul dans la nuit et j'attends".

Roger DAUTAIS
" Parcours "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.