La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

samedi 11 juillet 2009





Cette masse verte qui me barre la route me fait penser à une agglomération de barreaux de cellules. Je décide d'y créer une petite installation, très géométrique.Le rideau de bambous s'écarte. J'entends les bruits de la ville. Les poules d'eau font un raffut dans le ruisseau qui borde la bambouseraie. Il fait lourd, ça sent l'orage. les moustiques ont fait leur apparition. Je pose mes "angles" dans différentes souches de bambou. Après la séance de photos, je m'assois sur l'unique banc du parc. Je tire de mon sac à dos, le petit livre rouge de Ricardo Gonzalès Alphonso et Maria Elena Cruz Varela, tous les deux, poètes, tous les deux prisonniers politiques et je lis ceci :Siempre en del norte/quince barrotes/ con vocucion de puerta/ y un candado/Siempre en el sur/una claraboya/Empejada/indiscreta/como una anciena soltera. Traduction de Jacobo Machover Toujours au nord/quinze barreaux/en guise de porte/cadenassée. Toujours au sud/une lucarne/grillagée/indiscrète/comme une vieille fille(Extrait du poème : Croquis.)
L'été, dans toutes les prisons du monde, les femmes et les hommes rêvent d'évasion.


Roger Dautais
" Points de vue pour un rêve d'évasion. "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS



"Les gisants font parti de mon univers. Ils reviennent périodiquement bouleverser mes habitudes, remettre en question ma pratique du land art. C'est une pause, une "déconstruction" de mes certitudes, un face à face avec un avenir certain. Parfois, les rêves me les font rencontre et je me souviens de ces instants de création très personnels. Dire la finitude de l'homme en quelques poignées de laisse de mer et une couronne de bois flottés, tel était le propos muet de ce travail installé, quelque part en France. C'était en novembre 2005".
Note : Le gisant est fabriqué avec de la laisse de mer et la couronne est en bois flotté. Le territoire qui apparaît ici semble être bien au sec et pourtant, à chaque grande marée, il est recouvert par la mer, quand elle est haute. Celle-ci se faufile, entre les dunes, suit de petites filières et déborde sur ce glacis.
Roger Dautais
" Impossibles rêves "

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS
video

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.